5 Raisons d’apprendre le Lingala

Posted on

D’abord petit dialecte d’une ville du Congo, le lingala a su conquérir les coeurs et devenir une des premières langues du Congo. Les musiciens Congolais l’ont transporté à travers l’Afrique depuis les années 60. Les congolais vivant en dehors de l’Afrique l’ont ensuite transporté avec eux et transmit l’amour du lingala tout autour d’eux.

Une langue poétique

Le lingala c’est, pour beaucoup, la langue de la poésie, la langue des rimes. C’est la langue de la rumba, de l’Afrobeat. Il est très naturel de former des rimes avec le lingala, ce qui vous fera passer immédiatement pour une/un poète(sse).

Un exemple avec des rimes en « a » : Yóká mwána wáná ; alobaka mwá lingála (écoute cet enfant ; il parle un peu lingala).

Se plonger dans la culture

Apprendre le lingala c’est plonger au coeur d’une culture du bien-être mutuel, d’un certain respect de l’autre. Le lingala est, notamment une des langues africaines à avoir gardé ses origines matriarcales, ce qui en fait aussi une langue naturellement féministe.

La femme, en particulier la mère, occupe une place centrale dans la culture du lingala. Le mot « mamá », en plus de désigner la mère, est synonyme de grandeur et de sagesse. Par exemple ; « la plus grande chaise » se dira « mamá na bakíti » (la mère des chaises).

Lorsque la femme devient mère elle est honoré d’un titre rappelant le cadeau qu’elle a fait à la communauté. Imaginons une femme dont le premier enfant s’appelle Amina. La maman de Amina sera appelée « Maman Amina » ou « m’a Amina », du nom de son premier enfant, souvenir de son entrée dans la communauté des mères.

 

Le lingala est la langue de l’amitié, la fraternité

Lorsque vous-vous adressez à une personne qui vous est chère vous pouvez l’appeler (si elle s’appelle Amina) ; « Amina na bísó » (notre Amina). C’est une façon de dire à votre interlocuteur qu’il est proche, qu’il appartient à votre communauté. C’est l’équivalent de « Ma chère Amina». Cette formule s’emploie aussi bien entre personnes de sexes différents que personnes de même sexe.

Pour marquer une proximité encore une force, indiquant une relation de couple, vous pouvez dire « Amina na ngai » (mon Amina).

Vous pouvez également associer le terme « mamá » pour marquer la proximité avec votre interlocuteur en l’appelant simplement « mwána’ mamá » (enfant de maman). Cette formule ne s’utilise pas qu’entre personnes de mêmes parents ; comme pour « Amina na bísó » Elle sert surtout à appeler des personnes pour lesquelles on éprouve une grande affection, à un degré, cependant plus fort que le précédent.

 

Une langue riche

Le lingala est, enfin, la langue des proverbes. Comme dans toute d’Afrique, la culture qui a donné le lingala comporte son lot de proverbes, de contes, de mystères. Les artistes congolais ont, dès les début de la rumba, intégré des maximes, proverbes et paraboles dans leurs chansons. On peut notamment citer Koffi Olomidé, Luambo Makadi, Félix Wazekwa, Fabregas et tant d’autres dont chaque nouvel album est l’occasion de découvrir un éventail d’expression, réflexions, proverbes, connus ou inventés par eux-mêmes. Chacune reflétant leur compréhension du monde, exprimant l’expérience racontée dans leurs chansons.

 

Parler lingala c’est avoir accès à ce réservoir d’expériences, de modes de pensées et d’esthétique unique. Le lingala n’a pas fini de séduire les coeurs, son avenir est radieux.

Plus d’infos sur cette langue Litéya Ya Lingala

  • Share

0 Comments

Leave a comment

Your email address will not be published.